Aller au contenu principal
Ecopya Eco Domaine du Bouquetot

Zoom sur - Ecopya

Tiers-Lieu Normandie (coworking, fablab, etc.)

C’est un magnifique domaine de 68 hectares, au cœur du Pays d’Auge, à proximité du village de Saint-Pierre-Azif, abritant de remarquables bâtiments du XVIIIème siècle, typiques de l’architecture vernaculaire. Tombé à l’abandon, il a été racheté il y a une vingtaine d’années par la Communauté de communes Cœur Côte Fleurie, dans le souci de préserver les nombreuses sources d’excellente qualité qu’il abrite et de créer un musée de l’eau. L’idée du musée a finalement été abandonnée pour être remplacée dix ans plus tard par un projet beaucoup plus ambitieux.

Ecopya ou la culture de l’innovation

Le concept d’éco-domaine est né en 2009, de la réflexion collective des réseaux associatifs locaux et de la Communauté de communes Cœur Côte Fleurie pour trouver une solution d’occupation du domaine. La préservation de la biodiversité et des terres cultivables, épargnées de l’emploi de pesticides et autres fertilisants chimiques et le projet d’installation d’une ferme d’élevage de spiruline (micro-algue d’eau douce aux forts pouvoirs nutritionnels) couplée à une unité de méthanisation, ont orienté la réflexion vers la création d’un modèle d’économie locale innovant, réunissant sur un même territoire et dans une gouvernance coopérative des activités complémentaires, à forte valeur écologique ajoutée et créatrices d’emplois de proximité. L’éco-domaine a d’ailleurs été en 2015 lauréat de l’appel à projet PTCE (Pôles territoriaux de coopération économique) et cette année de l’appel à manifestation d’intérêt « Fabriques de territoires ».

La création en 2010 de l’association Ecopya, en charge de la gestion et de l’animation de l’éco-domaine, a donné le coup d’envoi au développement  des activités. Elles ont en commun une utilisation innovante des ressources naturelles, selon un principe d’économie circulaire : production de spiruline biologique, à partir d’engrais issus de la méthanisation, élevage de chevaux de course et de bovins bio, dont les fumiers sont utilisés  pour la fabrication de lombricompost, ce dernier étant utilisé comme fertilisant par un maraîcher bio et par une productrice de fleurs coupées Ecocert. 

« Ici, chaque acteur gère sa propre activité tout en participant au développement de l’éco-domaine, autour des valeurs  fédératrices de développement durable tant sur le plan écologique que sur le plan économique et social. » précise Gweltaz Mahéo, animateur de l’association.

Un tiers-lieu dédié à l’écologie

C’est en 2017, suite à un appel à projet, que le tiers-lieu voit le jour avec la création de deux espaces de coworking (open space et salle de réunion) connectés haut débit, une cuisine équipée et un réfectoire. L’ensemble, installé dans la ferme entièrement réaménagée, permet d’accueillir des séminaires et d’organiser des stages et des formations pour le grand public comme pour les professionnels (aromathérapie, permaculture, apiculture bio…). L’éco-domaine est également le cadre d’animations à la fois ludiques et pédagogiques, comme le jeu de piste sur la biodiversité présente et d’éco-tourisme, avec la location de cabanes dans les arbres. De plus, plusieurs festivités dans l’année permettent d’ouvrir l’éco-domaine à un large public.

« La labellisation « Tiers-Lieux Normandie » en 2016 est une reconnaissance valorisante de notre travail et cela nous permet de construire avec des tiers-lieux partenaires des projets communs », souligne Gweltaz Mahéo.

Une rentabilité encore à trouver

Aujourd’hui, les revenus l’éco-domaine proviennent des cotisations auprès de l’association, des formations et des animations payantes mais ils ne permettent pas de couvrir les coûts de fonctionnement (salaires, loyers et autres charges), qui sont élevés. « Nous ne sommes pas encore autosuffisants. L’objectif, d’ici à trois ans, est de ne plus dépendre de subventions. Pour cela, nous allons mettre en place un DLA (Dispositif local d’accompagnement) pour définir un nouveau modèle de  revenu », précise Gweltaz Mahéo. De nouveaux projets, comme l’ouverture d’un restaurant et la création d’une forest school sont déjà à l’étude.

Autres articles qui peuvent vous interésser

  • Capture d'écran - Live Facebook

    Ophélie nous parle du projet du Wip

    ❓Comment est né le projet de réhabilitation de la Grande Halle ? Qu’est-ce que le Wip ? Et la Cité de chantier à côté de la Grande Halle ?

    🔊 Le Wip se livre : retour sur la genèse du projet de la...

    EN SAVOIR +
  • booster IA

    BOOSTER IA

    Un appel à projets pour favoriser le recours à l'intelligence artificielle - Candidatez avant le 15 mai!

    EN SAVOIR +
  • Mer. 5 mai - Animation "Intelligences artificielles et végétalisation" - Visio gratuite

    Dans le cadre du projet "DataLab Normandie", une animation sur le thème "Intelligences artificielles et végétalisation" est proposée gratuitement et est ouverte à tous les Normands :

    • Mercredi 5...

    EN SAVOIR +